Export véhicules Afrique par Hermes Transit International

Etats-Unis
02/02/2018

Données générales

Nom officiel : États-Unis d’Amérique
Nature du régime : République fédérale
Chef de l’Etat : Donald John Trump (né le 14 juin 1946)

Données géographiques

Superficie : 9 363 123 km². 4e rang mondial, 17 fois la superficie de la France - 4 fuseaux horaires (6 si l’on inclut l’Alaska et Hawaï).
Capitale: Washington, D.C. (0,6 M. d’h.)
Villes principales: New York (8,4 M. d’h.), Los Angeles (3,9 M. d’h.), Chicago (2,9 M. d’h.), Houston (2,3 M. d’h.), Philadelphie (1,6 M. d’h.), Phœnix (1,6 M. d’h.), San Diego (1,3 M. d’h.) [Source : US Census, 2010]
Langue(s) officielle(s) : Les États-Unis n’ont pas de langue officielle. L’anglais est la langue maternelle de 80 % de la population (13 % pour l’espagnol)
Monnaie : le dollar américain (USD). 1 euro = 1,05 USD (mars 2017))

Données démographiques

Population : 308,8 millions d’habitants (recensement 2010), estimée à 323 millions en 2017
Densité : 32 habitants/km²
Espérance de vie : 76 ans pour les hommes, 81 ans pour les femmes.
Taux d’alphabétisation : 97%
Indice de développement humain : classement PNUD : 8e en 2014 (France : 22e).

Données économiques

PIB :

18 037 Mds USD

PIB par habitant 

51638 USD

Taux de croissance 

1.9 %

Taux de chômage 

4.8 %

Taux d’inflation 

2.5 %

Balance commerciale 

- 502,2 Mds USD

Exportations de la France vers les États-Unis 

46.7 Mds USD en 2016

Importations françaises depuis les États-Unis 

30.9 Mds USD en 2016

Balance 

+15.8 Mds USD en 2016


Principaux clients (2017) :
par ordre décroissant : Canada, Mexique, Chine, Japon, Allemagne, Royaume-Uni (France au 11e rang, 2.1%).
Principaux fournisseurs (2017) : par ordre décroissant : Chine, Canada, Mexique, Japon, Allemagne, Corée du Sud (France au 11e rang, 2%).

Situation économique

En 2016, le taux de croissance a fléchi à 1.9%, après avoir été de 2.5% en 2014 et 2015. Les facteurs de la reprise américaine se maintiennent : économie numérique, prix de l’énergie très bas grâce aux hydrocarbures non-conventionnels, modération des coûts salariaux, regain de compétitivité industrielle. Sur le front de l’emploi, le taux de chômage poursuit sa décrue (sous les 5%). Dans ce contexte, la Fed a mis fin en octobre 2014 à son soutien exceptionnel à l’économie américaine (programme de « quantitative easing », qui lui a permis d’injecter 3 500 Mds USD à partir de 2008 dans le circuit financier pour soutenir l’activité et le crédit). La Fed reste prudente au regard de certaines faiblesses internes (notamment un taux d’activité très faible) et externes (ralentissement de la croissance des pays émergents, appréciation du dollar). Le recul du pouvoir d’achat des classes moyennes nourrit en outre un débat sur les conséquences économiques de la montée des inégalités. La forte baisse des importations énergétiques se poursuit en 2016 (-19 %). C’est notamment le cas pour les importations de pétrole brut, de gaz naturel (- 18,9 %) et de produits pétroliers et de charbon (- 20,3 %). Cette baisse reflète à la fois la baisse des prix du pétrole et du gaz (en moyenne annuelle par rapport à 2015, malgré une remontée en cours d’année 2016), mais aussi la poursuite du développement de l’exploitation des pétroles non conventionnels. Le déficit commercial (biens et services) américain s’est globalement stabilisé en 2016 à 2,7 % du PIB (le déficit des échanges de biens seuls s’établit à 4,0 % du PIB). Les déficits bilatéraux enregistrés vis-à-vis de la Chine, du Japon, de l’Allemagne, du Mexique et de l’Irlande combinés représentent 77 % du déficit commercial (biens uniquement) des Etats-Unis.

Expatriation aux Etats-Unis

Les Etats-Unis demeurent la destination la plus populaire pour les expatriés. Le pays attire des expats du monde entier grâce à ses somptueux paysages, ses firmes internationales, ses universités prestigieuses et des opportunités dans ses 50 Etats. Une autorisation électronique de voyage (ESTA), le programme d’exemption de visa (Visa Waiver Program - VWP) permet aux ressortissants français d’accéder sans visa au territoire américain, soit en transit, soit pour un séjour touristique ou d’affaires de 90 jours maximumUn visa B1 est exigé pour les ressortissants d’un pays non-bénéficiaire du Programme d’Exemption de Visa ou si la durée du voyage d’affaires excède 90 jours pour les bénéficiaires de ce programmeLe visa Treaty Trader (E1) ou Treaty Investor (E2) est réservé aux ressortissants d’un pays avec lequel les États-Unis ont un traité de commerce et de navigation, venant aux Etats-Unis pour réaliser des activités commerciales d’envergure, notamment le commerce de services ou de technologies, principalement entre les Etats-Unis et le pays du traité, ou pour développer et diriger les opérations d’une entreprise dans laquelle le ressortissant a investi, ou est en train d’investir un capital conséquent. La validité du visa E1/E2 est de 5 ans renouvelable. Il n’y a pas de problème aux niveaux formalités douanières. Un voyage aux Etats-Unis peut être l’occasion de mettre à jour ses vaccinations, en particulier la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (+/- coqueluche).L’infrastructure médicale est excellente, mais d’un coût élevé. Il n’existe pas de convention de sécurité sociale couvrant l’assurance maladie entre nos deux pays. Virus West Nile, Hantavirus, Peste, Dengue et  Zika sont les virus présents dans le territoire américain.

 

Ambassade de France aux Etats-Unis :

4101 Reservoir Road, N.W. 20007 Washington D.C.

Tel : +1 202 944 60 00

Back

Top